La fausse suivante 

de Marivaux

Une jeune femme suit incognito à la campagne l’homme qu’un mariage arrangé doit lui faire épouser. 

Elle gagne son amitié en se faisant passer pour un cadet désargenté et il lui ouvre bientôt son âme, celle d’un séducteur libertin sans «état d’âme», qui se marie par intérêt, prêt à exiler sa future épouse dans une terre écartée si elle se montre encombrante. Après cette découverte, la Fausse Suivante sait à quoi s’en tenir : ce ne sera pas son mari. Elle décide néanmoins de rester et de prendre le traître à son propre jeu. L’aventure commence.

Invitation au voyage, à la découverte d’un classique du théâtre français en partant d’une tradition étrangère. L’équipe anglaise de Third Party porte un regard neuf sur le texte, un regard libre de toute référence ou de toute mémoire. Sans perdre le savoir inhérent à sa propre culture, l’équipe de BordCadre s’affranchit de réflexes ou d’a priori sur le texte et le traitement de Marivaux.

« Des personnages fascinants, attirants, pour la seule et simple raison qu’ils veulent vivre, qu’ils veulent «sentir» et respirer tous les parfums de la vie animale. Ils ont la vie chevillée au corps. Ils sont au-delà de la norme. Il y a du monstre en eux. Ils sont vivants. »  Cécile Rist

Texte / Marivaux
Mise en scène / Cécile Rist & John Wright
Traduction / Tom Morton
Assistant / Tom Morton
Scénographie / Laura Gozlan
Chorégraphie / Jean-Philippe Costes Muscat
Lumières / Carole Van Bellegem

Création / 2008 à la Scène Nationale de Dieppe / 2009 au Café de la Danse et tournée au Royaume-Uni

Distribution :

Nicholas Collet
Anthony Gleave
Cécile Rist
Dounia Sichov
Bastien d’Asnières
Guillaume Tobo

Une production BordCadre et Third Party. En coproduction avec la ville d’Avion. Avec le soutien du British Coucil & de l’Ambassade de France au Royaume-Uni. Avec le soutien de la Région Nord/Pas de Calais, du Département du Pas de Calais, du South South East Arts Council.

Affiche : Matthieu Crescence d’après une photographie de Jan Saudek (avec l’aimable autorisation de la galerie Kamel Mennour)

Pour prendre de nos nouvelles, inscrivez-vous ici !