La nuit juste avant les forêts

de Bernard-Marie Koltès

les 6, 7 … 12, 13, 14 … 19, 20, 21 mai 2022

À 20h30 au 100ecs

(100 rue de Charenton 75012 Paris)

 » Pour un acteur pareil, il faut un acteur qui assure. Dirigé par Cécile Rist, Tobo est impeccable. Il est cri et confidence, douleur et douceur. À ses côtés, le musicien Bastien d’Asnières (…) C’est dur, sensible, troublant.  » Mathieu Perez / LE CANARD ENCHAÎNÉ, mai 2022

 » Cécile Rist prend un parti de mise en scène radical et sa prise de risque paye indéniablement. «  Audrey Jean / théâtre.com, juillet 2019

 » Dans la pièce, il n’y a pas de forêt, il n’y a pas de cité. Il y a la nudité d’un lieu improbable et sans doute universel que le comédien remplit avec maestria.  » Brigitte Corrigou / Vivant Mag, juillet 2019

Un de nos deux chouchous du OFF !  Sylvie Chardon / snes-edu.com juillet 2019

 » … Et puis, il y a cette formidable idée de la metteuse en scène, Cécile Rist, qui consiste а placer l’acteur dans l’allée centrale, au niveau des 4e ou 5e rang et à le faire s’adresser au spectateur assis la (qu’il installera aussi quelque temps sur scène). Et encore, l’accompagnement musical nostalgique de Bastien d’Asnières. Enfin, et ce n’est pas le moins important, il y a la performance de l’acteur Guillaume Tobo, qui ne nous laisse aucun répit et accentue la force du texte. On ressort de ce spectacle profondément impressionné.  « Sylvie Chardon / snes-edu.com juillet 2019

 

 » … Le texte est l’élément principal de cette pièce. Guillaume Tobo s’en est emparé avec une facilité déconcertante de véracité. La mise en scène minimaliste de Cecile Rist et l’accompagnement musical créent un incontestable rythme musical qui souligne l’insoluble solitude de l’être, l’irrépressible besoin de dire, d’imaginer une vie meilleure, et cette demande d’amour qui restera vaine : il veut « trouver un ange au milieu de ce bordel ». Assurément, j’y vais pour le texte d’une toujours incroyable actualité. Pour l’excellent acteur, Guillaume Tobo qui donne à son personnage toute sa dimension d’être humain.  » André-Michel Pouly / Le Bruit du Off, juillet 2019 

 » La Nuit juste avant les forêts, dans l’interprétation de Guillaume Tobo et la mise en scène de Cécile Rist, vient nous rappeler que le théâtre est d’abord texte et jeu d’acteur et qu’il suffit d’une bouteille d’eau qu’on se déverse sur la tête pour évoquer au théâtre l’averse de pluie qui noie les personnages. À l’heure où les gadgets du monde moderne et le recours à l’art vidéo ou à la danse, entre autres, offrent l’occasion d’un éparpillement tous azimuts, ce retour aux sources réussi offre un moment magnifique et bouleversant.  » Sarah Franck / arts-chipels.fr novembre 2021

Reprise les 9 et 10 novembre 2022 à l'Espace Jean Ferrat (AVION/62) et les 18 et 19 novembre 2022 à la scène nationale de Beauvais puis du 22 au 26 novembre à Paris.

Tailleur pour dames

" C’est égal, c’est mal ce que je fais… quand on a comme moi une femme charmante. J’ai des remords. J’ai des remords, mais je ne les écoute pas. "
Acte II scène 1

Cécile Rist

Le projet est coproduit par la scène nationale de Beauvais et l'espace Jean Ferrat d'Avion.

Avec le soutien financier de la région des Hauts de France & le soutien financier de l’Adami ( www.adami.fr )

Il n'était qu'une fois...

de Cécile Rist
Reprise 2022

Le voisin du 48e

de Cécile Rist
Création 2023

Depuis plus de vingt ans, Rist et Tobo prennent la scène avec une poétique bien à eux
et, toujours, ces questions : comment apprivoiser nos désirs ? Qu’est-ce que l’engagement ?

Pour prendre de nos nouvelles,
inscrivez-vous ici !